Partenaire d’un jour, partenaire toujours: l’interview de Sebastien Blanchais pour BEAST RECORDS

Beast Records, le partenaire musical pilier du Festival depuis ses débuts interviewé sans filets par nos soins au travers de son fondateur : Sébastien Blanchais!

NDF : Seb bonjour, Tu diriges le label musical BEAST RECORDS, un partenaire majeur et historique du BFBF. Tu nous parles de la rencontre?

Sébastien Blanchais : J’ai rencontré Ludo (NDLR : notre programmateur musical) via Tonio (Marinescu) qui est décédé dernièrement au concert de mon groupe de l’époque « Dead Horse Problem ». D’entrée de jeu, on s’est accroché et on a uni nos compétences. De mémoire, j’ai calé toute la programmation pour la première ou la seconde édition. Je crois que c’était la première! Je me souviens à l’époque on était 7 à monter la scène devant le Chaland. Mais ce que je retiens de notre rencontre, c’est que dès le soir de notre rencontre, on a eu la même vision : faire un festival qui sorte des sentiers battus et des autres festivals du coin! Depuis on ne s’est jamais lâché!

ambiance1000_fb.jpg

NDF : Un label indépendant depuis 14 ans et une boutique à Rennes? Comment se gère un label indépendant?

Sébastien Blanchais : En 2003, je revenais des USA avec un album et je jouais dans « Born in Flames » . Tout le monde avait des problèmes financiers (NDLR : les labels) et je me suis lancé dans l’auto production et tout est arrivé très vite! J’ai organisé un concert de mon idole Spencer P Jones et qui a fonctionné et m’a donné du crédit en Australie. Du coup ils sont venus et moi j’étais là au bon moment. Une sorte de légende qui se crée…

NDF: L’Australie est justement très présente au BFBF. Tu nous en dis plus?

Sébastien Blanchais : L’Australie, c’est 32 millions d’habitants et ils cartonnent partout. Dis toi qu’à Melbourne, c’est 400 concerts par soir donc forcément très facile de trouver les perles de demain. A un moment où l’on parle d’intégration, on devrait tous aller faire un tour là bas car le côté insulaire enlève la frime et c’est ça qui est bon! Prends ACDC comme exemple, ils sont zens et en tee shirts… Bref une culture!

coulisses01_fb.jpg

NDF : Ton avis sur l’état du Rock en France et dans le monde?

Sébastien Blanchais : Très très bon! Je le sais parce que je suis disquaire et je peux te dire que Rennes est devenue la capitale du Garage Rock. Tout le monde le dit même les anglais! Et tout simplement parce qu’il existe un tissu associatif incroyable avec des gens très très jeunes et entre nous on se file beaucoup de coup de mains. Il y a une énergie incroyable entre les radios, les bars, les salles et les associations. Rennes est très forte et forte en public avec de très bons groupes (Tout rock confondu)

NDF : Aujourd’hui, les groupes que tu proposes représentent les deux tiers de la programmation. Comment tu ressens l’évolution du Festival et de sa programmation?

Sébastien Blanchais : Je remercie toujours la Nef D Fous car le live, c’est la meilleure vitrine pour des artistes avec un public énorme et dans un cadre idyllique! Tu te souviens de The Hits, l’année dernière, ils ont tellement donné dans une telle ambiance! Pour l’évolution? Ludo me demande toujours de la nouveauté avec trois voies : La jeunesse et sa première chance, le blues et le Folk et enfin les têtes d’affiche que gère Buzz et puis les Australiens! C’est éclectique et regroupe plusieurs axes de sorte qu’un mec qui n’aime pas le garage peut écouter autre chose. Notre objectif c’est de varier et faire plaisir au public. Mais surtout pour moi, il y a le sel de la Nef D fous. Tous les bénévoles sont incroyables.

headon_fb.jpg

NDF : Tu es aussi musicien et  chanteur des Head On qui nous a laissé de nombreux souvenirs mais tu as aussi d’autres groupes? Tu nous en dis plus?

Sébastien Blanchais : j’ai commencé à jouer à 16 ans et en fait je ne me suis jamais arrêté. Ca évacue les tensions… Moi je ne m’allonge pas sur un banc car j’ai la chance d’être payé pour jouer. Après, je te dis pas qu’il ne faut pas gérer le boulot et la famille mais bon, c’est top!

NDF : Une anecdote mémorable du Festival?

Sébastien Blanchais: Question compliquée! (NDLR : il réfléchit) Ca m’a fait assez rire de voir Richie de The Hits complètement crâmé  et que la sécurité avait pris pour un vagabond! On a dû aller le chercher avec Ludo!

hits_fb_04.jpg

NDF : Seb merci pour cet entretien direct et aussi complet! et à bientôt sur le Festival! On se met un peu de Head On?

Allez monte le son et active la vidéo!

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s