Interview de la semaine : Laurent Honoré, Maire Délégué de Binic Etables sur Mer et premier supporter du Festival!

NDF : Laurent bonjour! tu es maire délégué de la commune de Binic Etables Sur Mer où a lieu le Festival. Depuis le départ, la ville en a été le premier partenaire institutionnel. En charge de la Culture, tu as fais partie des pionniers. Comment tout cela a commencé?

Laurent HONORE : je te dis ça de mémoire comme ça me vient ! il y avait l’ancien Festival du Blues qui, pour plein de raisons s’est arrêté brutalement en 2008. Ludo (Ludovic Lorre) et Slyde (Sylvain Bidoire) sont venus me voir pour ne pas laisser la place vacante et proposer une animation dans la ville, un peu comme les Piétonic (un concert gratuit dans la rue pendant les week-end). Ils avaient une idée bien précise en terme de programmation et il faut admettre que la première édition a été un succès, même si souvenons nous, tout a débuté avec moins de 1500 spectateurs!

NDF : Et toi là dedans?

Laurent HONORE : J’étais nouvellement adjoint à la culture. La notion de « gars du coin » qui savent faire m’a plu. Ici on est très vivant, il y avait du caractère et des idées ! On les a aidés car ça correspondait au renouvellement et à l’ouverture culturelle que l’on souhaitait installer avec le Maire Christian Urvoy. Aujourd’hui, je reste très attaché à travailler avec eux, garants de l’esprit positif et de la mémoire du festival, qui avouons le, a pris une sacrée ampleur.

folk_2016_469

 

NDF : Binic, puis fusion des communes avec Etables Sur Mer et maintenant le regroupement au sein de l’agglomération de Saint Brieuc. Le tout à bientôt 2h15 de Paris, quelle est selon toi la place du Festival dans la valorisation de notre territoire?

Laurent HONORE :  Le Festival représente le type d’actions locales dont nous pouvons être fiers en Bretagne, la gratuité des concerts et puis surtout l’esprit sur lequel j’insiste toujours. Personnellement, je suis très fier de nos racines bretonnes, elles sont issues d’un peuple ouvert et voyageur, et qui sait accueillir. Et le Festival s’inscrit dans cette tradition avec un formidable potentiel : s’ouvrir à l’ailleurs, s’appuyer sur les traditions pour mieux préparer l’avenir, un caractère bien trempé avec un accueil du public de qualité!

NDF : La Commune qui ne compte que quelques milliers d’habitants agit à son niveau. Peux-tu nous en dire plus?

Laurent HONORE : Premier soutien en terme de subventions directes (11,000 euros) mais hélas il nous est difficile d’aller plus loin avec le budget d’une petite commune. En revanche, nous avons mis en place une façon plus efficace d’accompagner la Nef D Fous et le Festival avec la prise en charge d’éléments liés à l’accueil et à la sécurité. Autre choix fort : l’aide des services techniques qui eux aussi sont très motivés par le challenge de ce Festival… Mise en place, balisage, nettoyage de nuit… Ce sont des équipes fortes et motivées et c’est le coeur de notre investissement car c’est un évènement important pour toute la ville, et nos équipes partagent cette idée avec l’équipe organisatrice et les bénévoles.

NDF : Tu nous permettras de les interviewer?

Laurent HONORE : Tu as carte blanche! Je me permets juste de dire à leur place qu’une fois les grandes lignes tracées, il sont très autonomes et donc complètent le formidable travail des bénévoles. Bref une belle synergie!

folk_2016_023

NDF : Le Festival grossit d’années en années. 45000 l’année dernière. Quels sont pour la commune les grands axes de développement que vous attendez et le potentiel d’évolution?

Laurent HONORE : dans le cadre actuel, nous avons atteint selon nous le maximum en terme de capacité d’accueil du public, mais également pour les Binicais qui accueillent une telle manifestation avec une programmation particulière. L’accueil et la sécurité de tous est une priorité pour nous, même si l’on doit reconnaître que tout est mis en oeuvre et que cela représente un budget très important! Alors comment grandir?

NDF : Justement, j’allais te poser la question! Et si on atteint 100,000 personnes?

Laurent HONORE :  Sur Binic seul, ce sera difficile car nous voulons garder l’idée d’un festival accueillant, des moments de tension forcément, mais bien organisés. On doit donc jouer sur l’intercommunalité et l’agglomération que ce soit en terme de transports ou d’hébergements par exemple. Un objectif : une sécurité totale notamment avec l’alcool et peut-être  travailler sur un système de navettes. Pour cela, nous sommes tous en lien aussi avec la Préfecture dans une réflexion permanente. L’année dernière, c’était un vrai challenge dans le contexte des attentats et il faut reconnaître le succès quand il est là ! Donc à mon avis, il faut grandir de façon mesurée, proposer mieux mais pas forcément plus, même si on est conscient que c’est ce qui fait vivre l’association et que c’est un moment important pour les activités économiques de la ville.

folk_2016_285

NDF : Laurent merci de cette discussion à bâton rompue qui nous permet à la fois de présenter nos partenaires mais aussi nos fervents supporters. Neuvième année déjà, peux tu nous raconter l’anecdote qui t’aura le plus marqué?

Laurent Honoré : C’est une image, celle de la lune qui éclairait le samedi soir de l’édition 2015, des milliers de festivaliers, tranquilles et dansants sur la Banche, le concert sur l’esplanade. Je savais que le festival était important, mais c’est là que j’ai compris qu’on avait entre les mains quelque chose d’unique !

NDF : Laurent merci de cet interview à bâtons rompus! Une toute dernière question, tu écoutes quoi comme musique toi?

Laurent Honoré : Je crois que je pourrais partir sur une île à peu près déserte avec quelques bons bouquins et l’intégrale de Radiohead (https://www.youtube.com/watch?v=A4q5vmijCGk) des Beatles, ou de Led Zep (https://www.youtube.com/watch?v=uiLKT5rPHBA).

Nos partenaires ont définitivement du talent! Like et partage à ton tour!

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s